Les fortes précipitations durant la seconde quinzaine d’octobre sur la moitié sud du bassin ont entraîné une hausse des niveaux par rapport à septembre. Les différents types d’aquifères s’améliorent sur le versant méditerranéen de l'Occitanie, conformément aux variations des précipitations en lien avec le départ progressif des touristes et à la baisse des prélèvements pour l’AEP et l’irrigation.

Une majorité de nappes en Auvergne-Rhône-Alpes (ARA) reste à des niveaux modérément bas à très bas dans le couloir rhodanien ainsi qu’en Bourgogne-Franche-Comté (BFC). Cette insuffisance de la recharge est le point principal d’alerte à cette période qui se caractérise normalement par une recharge des nappes.  Elle est d'autant plus attendue et stratégique sur des territoires, qui concentrent une forte densité de population du bassin ainsi que des activités économiques (agriculture, industrie…).

Les pluies ont profité également à certains cours d’eau qui enregistrent à nouveau des débits forts à très forts  sur le versant méditerranéen de l’Occitanie et en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA).
Une seule région a mené une campagne complémentaire de l’Observatoire national des étiages (ONDE) : la région ARA. Consécutivement aux pluies d’octobre, cette campagne révèle une nette amélioration de la situation des milieux aquatiques de tous les départements de cette région.

Au 10 novembre, 7 départements conservent des mesures de limitation des usages de l’eau sur l’ensemble des régions du bassin : 6 départements ont des zones au niveau d’alerte renforcée (Ain, Haute-Saône, Drôme, Isère, Loire, Pyrénées-Orientales) et 1 département au niveau de vigilance (Lozère). 21 départements ont levé leurs mesures de limitation des usages de l’eau.

Concernant la satisfaction des usages de l’eau, aucune nouvelle difficulté n’a été signalée sur le mois d’octobre bien que les situations restent tendues sur certaines ressources de Bourgogne et le long du couloir rhodanien début novembre.

Consultez le bulletin hydrologique au 1er novembre 2019