Formations hydrogéologiques
du bassin Rhône-Méditerranée

CALCAIRES et DOLOMIES


> Terrains carbonatés

> Les écoulements à l'intérieur de ces terrains se font dans des fissures dont l'importance en nombre et en taille conditionne leur rapidité (plus de 1000 m3/heure dans les cas extrêmes) et la restitution des volumes d'eau emmagasinés pendant les périodes de précipitations.

> D'une manière générale on notera que leur exploitation est faible en regard de leur ressource disponible : elle se fait essentiellement par captage de source malgré la variation parfois énorme de leur débit (quelques litres/s à plusieurs m3/s) ; l'obtention de débits importants par forage est encore trop aléatoire de nos jours sauf si l'on recoupe en profondeur des écoulements privilégiés (cas de la source du Lez à Montpellier ou la Tourne à Bourg Saint Andeol) ;

> Leur grande vulnérabilité ne facilite pas la protection réglementaire des captages et les contaminations bactériologiques fréquentes imposent un traitement approprié (chloration, omnation) auquel s'ajoute celui occasionné par des phénomènes de turbidité provoqués par de fortes pluies ou à la suite d'orages, Ces eaux présentent une dureté élevée, souvent excessive.