La reprise trop tardive des précipitations au mois d’avril, ne contribue plus à la recharge des nappes au cours du mois d’avril du fait également de la reprise de la végétation. Leur niveau est majoritairement bas à très bas : 63,16 % des stations sont dans cette situation, les régions ARA et Occitanie étant les plus impactées .

La proportion des cours d’eau à débit faible est encore plus importante que le mois dernier (70 % des cours d’eau ayant un débit inférieur à la moyenne dont 5 % un débit faible). La situation des cours d’eau est très dégradée en BFC dont 84,85 % d’entre eux présentent un débit faible. La situation n’est guère mieux en région ARA (66,67 % de ces cours d’eau dans cette situation). Une amélioration s’observe cependant dans les régions Occitanie et PACA. La proportion de cours d’eau à faible débit diminue, notamment pour la région PACA au profit des cours d’eau à débit moyen, fort à très fort.

En avril, aucune campagne complémentaire de l’observatoire national des étiages (ONDE) assurée par l’agence française pour la biodiversité n’a été demandée par les services de l’État.

Au 10 mai, 6 départements ont pris des mesures de limitation des usages de l’eau en Auvergne-Rhône-Alpes (Isère, Drôme, Ain et Rhône) et en Occitanie (Aude, Pyrénées-Orientales). Le département de l’Ain a pris, au 16 avril 2019, un nouvel arrêté-cadre sécheresse afin de fixer le cadre des mesures de gestion et de préservation de la ressource en eau en période de sécheresse.

Consultez le bulletin hydrologique au 1er avril 2019