Août 2019 : Une situation hydrologique du bassin toujours critique

Figure actu BSH septembre 2019

Les faibles pluies tombées au mois d’août ont pu bénéficier localement à certaines cultures. Le niveau des nappes souterraines est toujours en baisse avec 71 % d’entre elles qui présentent un niveau modérément bas à très bas en particulier dans les couloirs de la Saône et du Rhône moyen.

La situation des cours d’eau s’améliore légèrement pour les régions ARA, BFC et Occitanie. La situation de ces trois régions reste cependant préoccupante puisque les taux des cours d’eau à faible débit sont respectivement de 57,41 %, 51,51 % et 46,15 %. Aucune amélioration constatée, en revanche, pour les cours d’eau de la région PACA : le taux de cours d’eau à faible débit reste à 59 %, tout comme au mois de juillet.

Un soutien d’étiage au Rhône a été réalisé, courant août, afin d’assurer le bon fonctionnement des centrales nucléaires.

La quatrième campagne usuelle de l’Observatoire national des étiages (ONDE) révèle une amélioration pour sept départements (Loire, Alpes-de-Haute-Provence, Doubs, Jura, Ain, Rhône et Haute-Savoie), une dégradation pour huit départements (Var, Hautes-Alpes, Hérault, Pyrénées-Orientales, Aude, Gard, Isère et Haute-Saône) et aucun changement pour huit départements (Alpes-maritimes, Ardèche, Bouches-du-Rhône, Côte d’Or, Drôme, Saône-et-Loire, Savoie et Vaucluse). A noter qu’un certain nombre de pêches de sauvegarde ont été réalisées pour tenter de préserver la faune piscicole en difficulté, notamment en Ain et en Savoie. Malgré cela, des mortalités de poissons ont été observées notamment dans l’Ain, en Savoie et en Haute-Savoie. De surcroît, les conditions hydro-climatiques tendent à accélérer les mortalités lors d’épisodes de pollution : les températures des cours d’eau peuvent atteindre 20 à 25°C.

Au 10 septembre, tous les départements du bassin (27) ont pris des mesures de limitation des usages de l’eau sur l’ensemble des régions du bassin : huit départements sont en niveau de crise comme plus haut niveau de restriction (Côte d’Or, Saône-et-Loire, Ain, Ardèche, Bouches-du-Rhône, Var, Aude et Gard), quatorze départements au niveau d’alerte renforcée (Haute-Marne, Vosges, Doubs, Haute-Saône, Territoire-de-Belfort, Drôme, Isère, Rhône, Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Vaucluse, Lozère, Hérault et Pyrénées-Orientales), quatre départements l’alerte (Jura, Savoie, Haute-Savoie et Loire) et un département la vigilance (Alpes-maritimes).

Consultez le bulletin hydrologique au 1er septembre 2019

Les dernières actu

Février 2020 : Précipitations sur les reliefs du nord du bassin et recharge insuffisante en particulier des nappes fluvio-glaciaires du couloir rhodanien

Figure actu BSH mars 2020
17/03/2020
La faiblesse des précipitations sur le sud du bassin est à l’origine de la dégradation des débits des cours d’eau en particulier en PACA et sur le versant méditerranéen de l’Occitanie : respectivement 56 % et 64 % de ceux-ci présentent des débits faibles à très faibles. A l’inverse, la situation des cours d’eau s’améliore en Bourgogne-Franche-Comté et à l’est d’Auvergne-Rhône-alpes. Le débit des cours d’eau augmente sur ces régions.

40 plans de gestion de la ressource en eau (PGRE) adoptés en ligne

27/02/2020
La gestion équilibrée de la ressource en eau est une des conditions de l’atteinte du bon état des eaux. Les travaux engagés au cours des SDAGE 2010/2015 et 2016/2021 ont confirmé une situation d’inadéquation durable ou précaire entre la disponibilité de la ressource et les prélèvements sur environ 40 % de la surface du bassin Rhône-Méditerranée.

Janvier 2020 : moins de précipitations sur le bassin : des nappes à la baisse et des cours d'eau à débit faible

Figure actu BSH février 2020
18/02/2020
Le déficit de précipitations du mois de janvier n’a pas permis une poursuite de l’amélioration de la situation des cours d’eau du bassin : la proportion des cours d’eau à faible débit des régions Auvergne Rhône-Alpes (ARA) et Bourgogne-Franche-Comté (BFC) augmentent drastiquement. Ainsi, 94 % des cours d’eau de la région BFC et 80 % de ceux de la région ARA sont faibles.