Approbation du plan de gestion des poissons migrateurs (PLAGEPOMI) 2016-2021 Rhône-Méditerranée

Plan de gestion des poissons migrateurs

Après 2 ans de préparation et de concertation entre l’État, des représentants des pêcheurs professionnels, des pêcheurs amateurs, du monde de la recherche, des collectivités et structures de gestion, le plan de gestion des poissons migrateurs (PLAGEPOMI) Rhône-Méditerranée a été approuvé par arrêté du 14 novembre 2016 du préfet coordonnateur de bassin, Michel DELPUECH après avis du COGEPOMI le 12 octobre 2016 et une consultation du public (Rapport de synthèse en réponse aux avis reçus).

Le PLAGEPOMI 2016-2021 s’inscrit dans le prolongement des trois plans précédents qui ont permis de développer progressivement les connaissances nécessaires à la reconquête des axes de migration aux 3 espèces de poissons migrateurs amphihalins du bassin, espèces vivant alternativement en eau douce et en eau de mer : l’anguille, l’alose feinte du Rhône et la lamproie marine. Ces 3 espèces sont considérées en danger critique d’extinction pour l’anguille et comme espèce menacée pour la lamproie marine et l’alose.

Le plan s’applique sur les fleuves côtiers et les systèmes lagunaires de la bande littorale méditerranéenne et remonte le long de l’axe Rhodanien et ses affluents jusqu’à la confluence avec la Galaure et la Cance.

Les enjeux du PLAGEPOMI sur le domaine continental sont relayés en domaine marin par le plan d’action pour le milieu marin (PAMM) en Méditerranée occidentale approuvé le 8 avril 2016.

Le PLAGEPOMI constitue un document de référence pour l’ensemble des acteurs de l’eau et de la biodiversité, à décliner dans l'action publique territoriale, dans le cadre de la gestion locale de l'eau - SAGE, contrats de milieu (rivière, lagune, baie…) et ainsi que pour d’éventuels appels à projets proposés par les financeurs publics.

Pour les 6 ans à venir, il identifie les enjeux et définit les objectifs, priorités et recommandations en faveur de la préservation de ces 3 espèces autour de 5 grandes orientations :

  • Orientation 1 : Reconquête des axes de migration et restauration des habitats, portée par le SDAGE et son programme de mesures 
  • Orientation 2 : Recommandations en matière de pêche en eau douce ;
  • Orientation 3 : Dispositifs de suivi cible pour chacune des espèces du bassin pour appréhender la reconquête des axes de migrations et l’évolution quantitative des populations ; les données seront mises à disposition du public au cours de ce plan à travers un «observatoire des poissons migrateurs en Rhône-Méditerranée ».
  • Orientation 4 : Besoins de développement des connaissances sur la partie continentale du bassin en appui des actions de ce plan de gestion ;
  • Orientation 5 : Valorisation des actions menées par les différents partenaires, acteurs de l’eau et de la biodiversité, et sensibilisation de tout public à ces enjeux.

Après avoir porté l’élaboration du PLAGEPOMI, les membres du comité de gestion des poissons migrateurs (COGEPOMI) Rhône-Méditerranée et sa commission technique, dans leurs nouvelles compositions, suivront l’avancement des actions répondant aux enjeux et priorités des 5 orientations de ce plan.

Pour plus d'information, consultez la rubrique "Gestion des poissons migrateurs"

Les dernières actu

Février 2020 : Précipitations sur les reliefs du nord du bassin et recharge insuffisante en particulier des nappes fluvio-glaciaires du couloir rhodanien

Figure actu BSH mars 2020
17/03/2020
La faiblesse des précipitations sur le sud du bassin est à l’origine de la dégradation des débits des cours d’eau en particulier en PACA et sur le versant méditerranéen de l’Occitanie : respectivement 56 % et 64 % de ceux-ci présentent des débits faibles à très faibles. A l’inverse, la situation des cours d’eau s’améliore en Bourgogne-Franche-Comté et à l’est d’Auvergne-Rhône-alpes. Le débit des cours d’eau augmente sur ces régions.

40 plans de gestion de la ressource en eau (PGRE) adoptés en ligne

27/02/2020
La gestion équilibrée de la ressource en eau est une des conditions de l’atteinte du bon état des eaux. Les travaux engagés au cours des SDAGE 2010/2015 et 2016/2021 ont confirmé une situation d’inadéquation durable ou précaire entre la disponibilité de la ressource et les prélèvements sur environ 40 % de la surface du bassin Rhône-Méditerranée.

Janvier 2020 : moins de précipitations sur le bassin : des nappes à la baisse et des cours d'eau à débit faible

Figure actu BSH février 2020
18/02/2020
Le déficit de précipitations du mois de janvier n’a pas permis une poursuite de l’amélioration de la situation des cours d’eau du bassin : la proportion des cours d’eau à faible débit des régions Auvergne Rhône-Alpes (ARA) et Bourgogne-Franche-Comté (BFC) augmentent drastiquement. Ainsi, 94 % des cours d’eau de la région BFC et 80 % de ceux de la région ARA sont faibles.