Juillet 2019 : La situation hydrologique du bassin s'aggrave

Figure actu BSH août 2019

Le récent épisode caniculaire de fin juillet aggrave la situation des nappes déjà bien impactées par les fortes chaleurs de fin juin : 80 % des stations du bassin présentent un niveau à la baisse et 68 % d’entre elles ont un niveau modérément bas à très bas. Cette situation est également due à une recharge 2018-2019 peu abondante.

Aucun besoin de dépassement des limites fixées par les arrêtés de rejets des CNPE n’a été sollicité pendant l’épisode caniculaire de fin juillet.

La situation des cours d’eau se dégrade notamment en région Auvergne-Rhône-Alpes (ARA) où l’évolution est spectaculaire : 73,93 % des cours d’eau présentent un débit faible, voire très faible pour 7,41 % d’entre eux. En région Bourgogne-Franche-Comté (BFC), le taux des cours d’eau à très faibles débits augmente (de 6,06 à 18,18%), une partie des cours d’eau à faible débit de juin évoluant vers cette situation. Dorénavant, la proportion de cours d’eau à faible débit de cette région est de 57,58 % (elle était de 66,67 % en juin). Seules les régions Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) voient leur situation s’améliorer notamment en Occitanie où le pourcentage de cours d’eau à faible débit baisse de 30 % au profit des cours d’eau à débit moyen : 53,85 % des cours d’eau de cette région ont un débit faible et 30,77 %, un débit moyen.

La troisième campagne usuelle de l’Observatoire national des étiages (ONDE) révèle une situation encore plus dégradée qu’en juin, certains départements perdant jusqu’à 5 points d’indice. La Côte d’Or présente l’indice le plus faible (3), la Drôme, un indice de 4. Le Gard, le Vaucluse et le Jura atteignent l’indice 5, dénotant un étiage sévère.

Au 10 août, 27 départements ont pris des mesures de limitation des usages de l’eau sur l’ensemble des régions du bassin. Elles concernent deux départements de la partie de la région Grand Est du bassin, 6 départements de la région BFC, 8 départements en Auvergne-Rhône-Alpes, les 6 départements de la  région PACA et 5 départements en région Occitanie. Le plus haut niveau des mesures prises est le niveau de crise pour une partie des eaux superficielles de la Côte d’Or (Vouge, Biètre, Bouzaise-Lauve-Rhoin-Meuzin, Ouche aval), de la Saône-et-Loire (Grosne, seille-et-Guyotte), de l’Ain (Bresse, Dombes) et de l’Aude (secteur Orbieu et affluents rive droite sur ce secteur). Ce niveau est également atteint pour une partie des eaux souterraines de la Côte d’Or (nappe de Dijon-sud-Cent-Fonts naturelle et partie canalisée), de l’Ain (Dombes-Certines).

Consultez le bulletin hydrologique au 1er août 2019

Les dernières actu

Février 2020 : Précipitations sur les reliefs du nord du bassin et recharge insuffisante en particulier des nappes fluvio-glaciaires du couloir rhodanien

Figure actu BSH mars 2020
17/03/2020
La faiblesse des précipitations sur le sud du bassin est à l’origine de la dégradation des débits des cours d’eau en particulier en PACA et sur le versant méditerranéen de l’Occitanie : respectivement 56 % et 64 % de ceux-ci présentent des débits faibles à très faibles. A l’inverse, la situation des cours d’eau s’améliore en Bourgogne-Franche-Comté et à l’est d’Auvergne-Rhône-alpes. Le débit des cours d’eau augmente sur ces régions.

40 plans de gestion de la ressource en eau (PGRE) adoptés en ligne

27/02/2020
La gestion équilibrée de la ressource en eau est une des conditions de l’atteinte du bon état des eaux. Les travaux engagés au cours des SDAGE 2010/2015 et 2016/2021 ont confirmé une situation d’inadéquation durable ou précaire entre la disponibilité de la ressource et les prélèvements sur environ 40 % de la surface du bassin Rhône-Méditerranée.

Janvier 2020 : moins de précipitations sur le bassin : des nappes à la baisse et des cours d'eau à débit faible

Figure actu BSH février 2020
18/02/2020
Le déficit de précipitations du mois de janvier n’a pas permis une poursuite de l’amélioration de la situation des cours d’eau du bassin : la proportion des cours d’eau à faible débit des régions Auvergne Rhône-Alpes (ARA) et Bourgogne-Franche-Comté (BFC) augmentent drastiquement. Ainsi, 94 % des cours d’eau de la région BFC et 80 % de ceux de la région ARA sont faibles.