Mars 2017 : légère recharge au nord du bassin, excédents au sud

(mis en ligne le 13 avril 2017)

Le mois de mars 2017 se caractérise par la douceur. Les températures moyennes mensuelles sont supérieures aux normales de 2 à 3,5°C. Les précipitations sont modérées sur le bassin : de 75 à 150 mm et jusque 200 mm sur tous les reliefs. Sur l’axe Rhône-Saône, les Bouches-du-Rhône et les Hautes-Alpes, les cumuls de précipitations sont faibles (de 30 à 75 mm). Il neige en début de mois sur les Alpes du nord et en fin de mois sur les Alpes du sud. Sous l’effet des températures élevées, la fonte du manteau neigeux s’amorce rapidement en cours de mois sur tous les massifs.

Ainsi, le bilan pluviométrique mensuel est majoritairement proche de la normale à excédentaire sur le bassin. Des petits secteurs déficitaires de 25% à 50% persistent à l’extrême nord du bassin, dans l’Ain, le Rhône et l’Isère. La moitié sud du bassin est globalement excédentaire, jusque 3 fois les normales mensuelles. Le niveau d’enneigement est un des plus faibles depuis les 58 dernières années. Il atteint la moyenne interannuelle basse dans les Alpes du sud mais reste inférieur à cette moyenne dans les Alpes du nord.

La pluviométrie cumulée depuis le 1er septembre 2016 reste majoritairement déficitaire (jusqu’à moins 50% de la normale) au nord et centre du bassin. Elle est proche de la normale à excédentaire au sud du bassin. Le cumul des pluies efficaces depuis le 1er septembre 2016 reste positif sur l’ensemble du bassin (de 100 à 750 mm et jusque 1000 mm sur les Cévennes).

Au 1er avril 2017 :

 

  • Les débits des cours d’eau sont en nette augmentation depuis le mois de février : ils retrouvent en majorité des valeurs proches ou supérieures à la moyenne mensuelle interannuelle en particulier ceux de la région Bourgogne Franche-Comté. La situation reste tendue sur les cours d’eau de l’Ain, la vallée du Rhône et du Var où les débits enregistrent jusqu’à moins 70% des normales (Chalaronne, Touloubre, Giscle). 
  • Le Rhône et la Saône à la confluence enregistrent aussi des débits en hausse par rapport au mois de février. L’hydraulicité est proche de la moyenne mensuelle interannuelle sur toutes les stations suivies.
  • Les nappes de Bourgogne Franche-Comté enregistrent encore des niveaux bas mais la tendance est à la hausse. On note une amélioration pour les nappes en Savoie. Il n’y a pas d’amélioration ou même une légère dégradation sur les nappes de l’est lyonnais, de l’Isère et de la Drôme avec une tendance à la baisse. Les alluvions de l’Eygues dans la Drôme présentent un niveau très bas (inférieur au 10 ans sec). La situation globale est confortable pour les nappes au sud du bassin : les niveaux sont proches ou supérieurs à la médiane avec une tendance globale stable ou à la baisse mais d’ampleur limitée, dans le Gard et l’Hérault. Dans les Pyrénées Orientales, en contexte de précipitations modérées depuis 2 mois et de baisse des prélèvements, la situation des aquifères du plio-Quaternaire s’améliore.
  • Les précipitations du mois ont participé au remplissage des retenues du bassin qui retrouvent pour la plupart des niveaux satisfaisants (>75%). Le taux de remplissage du barrage de Serre-Ponçon remonte légèrement mais reste encore bas (48%) pour aborder sereinement la période d’étiage. Les réservoirs à vocation hydroélectrique des alpes du nord présentent un taux de remplissage bas, inférieur au quinquennal.
  • Au nord du bassin, les sols s’assèchent sur les reliefs des Vosges, du Jura et une partie des alpes du nord. L’indice d’humidité des sols est légèrement déficitaire sur ces secteurs, de 10% à ponctuellement 20%. A l’inverse, les sols s’humidifient sur les Alpes du sud, les Cévennes et le Languedoc-Roussillon. Ces secteurs présentent des zones d’excédent de 10% à 40%.

Bilan : Après une période hivernale sèche, les précipitations de mars ont permis d’améliorer en partie la situation des ressources en eau au nord et au centre du bassin et de conforter la situation relativement satisfaisante au sud. Les stocks de neige de cette saison hivernale ont été faibles sur tous les massifs et la fonte est déjà bien engagée. La situation est encore tendue sur les cours d’eau des départements de l’Ain, du Var et de la vallée du Rhône où les débits enregistrent jusqu’à moins 70% des normales. La recharge des nappes phréatiques est globalement trop modérée sur le bassin et impose une vigilance accrue sur leur gestion au cours des mois à venir.

Début avril, la situation hydrologique n’est pas critique mais reste fragile au nord du bassin où les déficits accumulés depuis 6 mois subsistent encore sur plusieurs secteurs. Les pluies du mois d’avril sont attendues pour combler ces déficits et pouvoir aborder la saison estivale sereinement.