Février 2017 : recharge hivernale faible sauf au sud-ouest du bassin

(mis en ligne le 16 mars 2017)

Le mois de février 2017 est doux. Les températures moyennes mensuelles sont supérieures aux normales de 2 à 4°C. Les précipitations sont modérées sur les reliefs et faibles (inférieurs à 75mm) sur l’axe Rhône-Saône et une partie du pourtour méditerranéen. Il neige au cours du mois sur les massifs alpins et pyrénéens. Le bilan pluviométrique de février est ainsi moins déficitaire que le mois de janvier. Sur la moitié nord du bassin, il est proche de la normale à excédentaire, jusque 25% de surplus au nord du Doubs et en Isère. Sur la moitié sud, il est excédentaire jusque 2 fois les normales mensuelles mais aussi déficitaire jusque moins des 3/4 de la normale sur les Bouches du Rhône et la moitié ouest de l’Aude. Le niveau d’enneigement est un des plus faibles depuis les 58 dernières années. Il atteint la moyenne interannuelle basse dans les Alpes du sud mais reste inférieur à cette moyenne dans les Alpes du nord.

La pluviométrie cumulée depuis le 1er septembre 2016 reste sensiblement au même niveau que le mois précédent. Au nord du bassin, le bilan est entièrement déficitaire avec des déficits de moins 25% à 50% des normales sur la majeure partie de la région Bourgogne-Franche-Comté et sur les Alpes du nord. Au sud du bassin, le bilan est globalement proche des normales ou légèrement déficitaire. Les secteurs excédentaires persistent et s’accentuent légèrement sur l’Hérault et en région PACA. Le cumul des pluies efficaces depuis le 1er septembre 2016 est positif sur l’ensemble du bassin.

Au 1er mars 2017 :

 

  • La situation des cours d’eau du bassin s’améliore, notamment en Franche-Comté. Sur la moitié nord du bassin, les débits sont tous plus élevés que le mois précédent mais pour la majeure partie d’entre eux, ils restent inférieurs à la moyenne. La situation est tendue sur les départements de l’Ain, la Savoie et du Rhône où les débits enregistrent jusqu’à moins 60 % des normales (Yseron, Giers). Pour les cours d’eau à l’ouest de la région PACA et ceux du littoral varois, la situation devient plus critique : les débits sont proches des débits mensuels quinquenaux secs. A l’inverse, la situation des cours d’eau de Languedoc, d’une partie du Roussillon et des contres-forts des Alpes, notamment de la Drôme est favorable : les débits sont en majorité supérieurs aux débits mensuels quinquenaux humides.
  • Le Rhône et la Saône à la confluence enregistrent des débits en hausse par rapport au mois de janvier sauf sur la station de Bognes en amont. L’hydraulicité reste tout de même inférieure à la moyenne mensuelle interannuelle sur toutes les stations suivies.
  • La situation des nappes d’eau souterraine est inversée entre celles de la moitié nord et celles de la moitié sud du bassin. Au nord, les 3/4 d’entre-elles ont des niveaux très bas à modérément bas avec une tendance générale à la stabilité ou à la hausse. Au sud, 68% des nappes présentent des niveaux proches de la moyenne ou des niveaux hauts. La tendance est, cependant, à la baisse en région PACA mais à la hausse pour celles de l’Hérault. Dans un contexte de précipitations plus significatives sur le sud-ouest, les nappes de ce secteur du bassin continuent leur recharge hivernale.
  • Les précipitations du mois ont participé au remplissage des principales retenues du bassin. Les niveaux des réservoirs à vocation hydroélectrique des alpes du nord et de PACA remontent à des niveaux satisfaisants. Seul, le taux de remplissage du barrage de Serre-Ponçon reste trop bas (41%) pour aborder sereinement la période d’étiage 2017. Les niveaux sont conformes à la normale sur les retenues des Pyrénées Orientales.
  • Le taux d’humidité des sols est majoritairement proche de la saturation, 85% à 100%, sur la moitié nord du bassin, les massifs alpins, les Cévennes et l’Hérault. Les sols sont plus secs (taux d’humidité compris entre 30 et 70%) sur la vallée du Rhône, les Bouches du Rhône ainsi que la moitié ouest de l’Aude et des Pyrénées Orientales.

Bilan : Après les 2 premiers mois d’hiver très secs, les précipitations de février ont permis d’améliorer légèrement la situation hydrologique au nord du bassin et de retrouver des secteurs excédentaires sur les Vosges et les Alpes du sud. Mais les déficits accumulés depuis 6 mois subsistent encore sur tout le 1/4 nord-est du bassin. Les stocks de neige sont faibles sur tous les massifs. La situation des cours d’eau reste tendue en Bourgogne-Franche-Comté et sur les départements de l’Ain, la Savoie et du Rhône où les débits enregistrent jusqu’à moins 60 % des normales. De plus, la recharge des nappes phréatiques de la moitié nord est modérée. Elle est plus conséquente pour celles de la moitié sud. Cette situation hydrologique mitigée, impose encore une vigilance sur la ressource en eau durant le mois de mars.

Le département de la Savoie a pris un arrêté de vigilance depuis le 5 janvier 2017 pour limiter les prélèvements nécessaires à la production de neige artificielle au profit de l’alimentation en eau potable des populations résidants dans les stations à cette période de l’année.