Janvier 2017 : les déficits s’accentuent

(mis en ligne le 16 février 2017)

Le mois de janvier 2017 est froid et globalement peu arrosé. Les températures moyennes mensuelles sont inférieures aux normales (écart de -1°C à localement -5°C). Les précipitations sont très faibles (de 5 à 75 mm) sur l’ensemble du bassin sauf sur le massif des Cévennes et les Pyrénées Orientales où elles atteignent jusqu’à 200 mm. Après un mois de décembre très déficitaire, le bilan pluviométrique de janvier est lui aussi largement déficitaire : moins 75% à 100% des normales sur les régions nord et centre du bassin ainsi que la région PACA. Seuls les secteurs mieux arrosés au sud-ouest du bassin présentent un bilan proche des normales à excédentaire jusque plus 150% des normales. Les niveaux d’enneigement restent, eux aussi, faibles sur tous les reliefs en particulier sur les Alpes du nord où ils atteignent à peine la moyenne interannuelle basse.

La pluviométrie cumulée depuis le 1er septembre 2016 est majoritairement proche de la normale ou déficitaire. Au nord du bassin, le déficit atteint moins de 50% des normales sur la région Bourgogne-Franche-Comté et les Alpes du nord. Au sud du bassin, les secteurs excédentaires persistent mais s’atténuent sur l’Hérault et en région PACA. Le cumul des pluies efficaces depuis le 1er septembre 2016 reste tout de même positif sur l’ensemble du bassin.

Au 1er février 2017 :

  • La situation s’aggrave sur les cours d’eau principalement au nord du bassin où ils enregistrent des débits moyens mensuels très faibles. En Bourgogne-Franche-Comté , les débits minimums (VCN3) sont tous de caractère sec avec une période de retour remarquable de 50 ans ou plus pour 35% des stations suivies. En région PACA, plus de la moitié des cours d’eau enregistre des débits moyens mensuel 3 à 4 fois plus faibles que la normale et le caractère sec prédomine sur les débits minimums (VCN3). La situation hydrologique est plus favorable sur plusieurs cours d’eau du sud-ouest qui ont bénéficié des précipitations.
  • Le Rhône et la Saône à la confluence sont, eux aussi, impactés par le manque de précipitations. Les débits enregistrés en fin de mois sont très faibles sur le linéaire aval du Rhône à partir de la confluence avec la Saône (hydraulicité inférieure à 0,5 sur les 4 stations suivies).
  • La situation des nappes d’eau souterraine reste hétérogène suivant les secteurs et la réactivité des nappes. Au nord du bassin, les 3/4 d’entre-elles ont des niveaux inférieurs, voire très inférieurs à la normale avec une tendance générale qui se poursuit à la baisse. La recharge hivernale n’est pas amorcée. En région PACA, les niveaux sont en majorité proches de la normale mais la tendance est aussi à la baisse. Dans un contexte de précipitations plus significatives sur le sud-ouest, les nappes de ce secteur du bassin continuent, en partie, leur recharge hivernale.
  • Les niveaux des réservoirs à vocation hydroélectrique des alpes du nord et de PACA sont plutôt bas, suite à plusieurs mois de déficit hydrologique et à une forte sollicitation en production hydroélectrique pour répondre à la demande. Pour ceux des Pyrénées orientales, les niveaux sont conformes à la normale.
  • L’indice d'humidité des sols reste proche de la normale ou déficitaire jusqu’à moins 20% au nord du bassin et 50 % dans l’Aude. Les précipitations ont permis une humidification des sols superficiels du Gard, de l’Hérault et de la bande littorale de l’Aude et des Pyrénées Orientales. Sur ces secteurs, l’indice d'humidité des sols enregistre jusqu’à 40% d’excédent.

Bilan : faisant suite à un mois de décembre sec, les précipitations attendues en janvier ne sont pas arrivées. La situation hydrologique déficitaire persiste sur le Roussillon et s’aggrave sur la moitié nord du bassin, en particulier les cours d’eau de Franche-Comté marqués par un étiage hivernal sévère. Les déficits accumulés depuis 5 mois atteignent jusqu’à moins 50% des normales. La recharge des nappes d’eau souterraine est inexistante et les stocks de neige sont faibles. Cette situation hydrologique particulièrement tendue, impose une vigilance sur la ressource en eau durant la fin de l’hiver afin d’assurer la reconstitution des stocks nécessaires au printemps. Une attention particulière sera portée aux apports pour les réservoirs des alpes du nord et du sud. La situation de la ressource en eau est plus favorable sur la moitié sud du bassin, en particulier l’Hérault et l’est de PACA qui ont profité d’une pluviométrie plus abondante depuis septembre 2016. Mais, avec la remontée des températures, la vigilance s’impose dès maintenant.

Le département de la Savoie a pris un arrêté de vigilance pour limiter les prélèvements nécessaires à la production de neige artificielle au profit de l’alimentation en eau potable des populations résidants dans les stations à cette période de l’année.