Agir plus vite et plus fort face aux effets du changement climatique

Eau & Climat

 

Le climat change et ses impacts sur les ressources en eau et les milieux aquatiques vont s’intensifier et s’accélérer dans les prochaines décennies.

Les crises climatiques vécues ces dernières années alertent sur l’intensité des phénomènes auxquels les décideurs, les élus et l’ensemble des usagers de l’eau doivent se préparer. Elles mettent en exergue les vulnérabilités des usages, des territoires et des écosystèmes.

L’adaptation des territoires et des usages de l’eau est urgente. Il faut agir plus vite et plus fort, notamment sur les secteurs les plus vulnérables à ces évolutions.

1- Le Plan de Bassin d’adaptation au changement climatique (PBACC) Rhône-Méditerranée 2024-2030

Face aux impacts du changement climatique sur les ressources en eau et les milieux aquatiques, le comité de bassin Rhône-Méditerranée s’était doté d’une stratégie dès 2014 en adoptant le premier plan de bassin d’adaptation au changement climatique (PBACC) de France. Il a également pris des dispositions dans le SDAGE 2022-2027 pour permettre l’adaptation dans le domaine de l’eau.

Face à l’accélération des impacts du changement climatique et au constat de vulnérabilité généralisée des territoires, le Comité de Bassin a engagé la révision de son PBACC par sa délibération du 18 mars 2022 pour actualiser les enjeux sur l’eau et les milieux aquatiques, étudier l’enjeu des risques naturels liés à l’eau (inondations, submersions), et actualiser les mesures à conduire. Le 8 décembre 2023, il a adopté le PBACC 2024-2030.

La question n’est plus aujourd’hui de savoir s’il faut agir, mais où agir et quelles priorités se donner. Ainsi, ce plan vise à présenter la stratégie du comité de bassin Rhône-Méditerranée en identifiant comment agir plus vite et plus fort, et sur quels enjeux en priorité, en s’appuyant sur la caractérisation du niveau de vulnérabilité des territoires aux effets du changement climatique.

Le PBACC 2024-2030 constitue également un outil de déclinaison de certaines mesures du plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau de la planification écologique (appelé également « plan eau »), engagé le 30 mars 2023 par le président de la République.

Le PBACC 2024-2030 se compose :

  • d’une première partie présentant de manière synthétique les principaux effets, constatés et à venir, du changement climatique sur les ressources en eau ;
  • d’une deuxième partie énonçant six principes stratégiques incontournables sur lesquels bâtir l’adaptation des territoires au changement climatique dans le domaine de l’eau afin d’agir plus vite et plus fort :
  1. Consommer moins d’eau ;
  2. Préserver et restaurer des écosystèmes sains et fonctionnels ;
  3. S’appuyer sur les services rendus par les sols ;
  4. Établir des stratégies locales concertées ;
  5. Planifier les solutions de demain ;
  6. Le SDAGE et le PGRI comme premiers pas pour faire face au changement climatique ;
  • d’une troisième partie présentant, pour les cinq principaux enjeux de vulnérabilité dans le domaine de l’eau, le panier de solutions pour réduire la sensibilité des territoires aux effets du changement climatique. Il est accompagné d’une caractérisation de la vulnérabilité des territoires afin de les aider à engager les solutions d’adaptation les plus pertinentes, tant en nature d’action par rapport aux enjeux à traiter qu’en niveau d’ambition par rapport à l’ampleur des évolutions à venir (plus de détails sur le diagnostic de vulnérabilité ci-après).

 

Diagnostic de vulnérabilité

 

Cette partie présente également les 30 défis à relever d’ici 2030 pour amplifier le passage à l’action. Pour chacun des cinq enjeux d’adaptation, au moins un défi majeur est à engager sur des territoires cibles du bassin, qui correspondent à la fois aux territoires les plus vulnérables aux effets du changement climatique ainsi qu’aux territoires qui sont déjà les plus sensibles.

Le Comité de Bassin établira un bilan à mi-parcours pour évaluer l’état d’avancement des actions, sous l’angle des 30 défis qu’il a fixés. A cette occasion, il appréciera l’opportunité d’ajuster la nature et l’ambition des défis.

 

 

2- Le diagnostic de vulnérabilité des territoires aux effets du changement climatique

Avec le changement climatique, il faut agir plus vite et plus fort sur tous les territoires. Pour cela, le PBACC propose un panier de solutions. Néanmoins, les situations territoriales sont diverses et n’appellent pas les mêmes solutions partout au même niveau d’ambition.

Plus un territoire est exposé aux évolutions climatiques à venir, et plus il est déjà sensible aujourd’hui, plus il est vulnérable au changement climatique.

Cette vulnérabilité s’apprécie différemment selon les enjeux que l’on considère, c’est pourquoi le PBACC présente une carte de diagnostic pour chacun des 5 enjeux qui éclaire les territoires sur leur degré de vulnérabilité, afin qu’ils engagent au plus vite les solutions d’adaptation les plus pertinentes et les plus efficaces pour réduire leur vulnérabilité et pour anticiper au mieux les évolutions auxquelles ils vont devoir faire face.

Le diagnostic de vulnérabilité des territoires (hors enjeu inondation) s’appuie sur une analyse conduite à l’échelle des sous-bassins versants du SDAGE qui exploite deux sources de données :

  • les données d’exposition climatique : les simulations du climat, des débits et de la recharge potentielle à horizon 2050, issues du projet national Explore 2, pour le scénario d’évolution RCP 8.5 ;
  • les données de sensibilité : les caractéristiques actuelles des masses d’eau et des territoires (données d’état des lieux et diagnostics de pressions issus en particulier du SDAGE 2022-2027, occupation du sol,…).

Pour caractériser le degré de vulnérabilité, les critères d’exposition et de sensibilité sont ensuite agrégés selon la grille suivante :

Grille PBACC

 

Pour l’enjeu des risques naturels liés à l’eau, l’analyse a exploité les résultats de l’étude réalisée en 2018 par la caisse centrale de réassurance (CCR) et Météo France "Conséquences du changement climatique sur le coût des catastrophes naturelles en France à horizon 2050".

3- Autres ressources utiles

¾    Clip vidéo pédagogique "Eau et changement climatique : adaptons-nous !", diffusé en 2014 en même temps que le précédent PBACC

¾    Colloque "Changement climatique, ça chauffe, économisons l'eau (2023)"

¾    Pour en savoir plus sur le précédent PBACC de 2014 et accéder à ses documents

¾   S'adapter aux effets du changement climatique, orientation fondamentale 0 du SDAGE : afin de préparer au mieux l’avenir dans un contexte évolutif de changement climatique et renforcer l’intégration de l’anticipation du changement climatique dans la gestion équilibrée de la ressource en eau, le SDAGE 2022-2027 Rhône-Méditerranée intègre une orientation fondamentale spécifique.

¾   Étude sur les débits d'étiage du Rhône en baisse sous l'effet du changement climatique : drainant un vaste bassin versant, riche en montagnes et en glaciers, le Rhône est le fleuve le plus puissant de France par son débit et offre actuellement une ressource en eau abondante. Avec le changement climatique, l’évolution des débits d’étiage du fleuve à l’horizon 2055 devient une préoccupation collective. Après une première étude sur la ressource en eau du Rhône en période de basses eaux conduite en 2014, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, en partenariat avec la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, a publié en mars 2023 les résultats d’une nouvelle étude sur les débits du fleuve sous changement climatique. Deux années ont été nécessaires (2021 et 2022) pour connaître précisément la part des prélèvements d’eau actuels par rapport aux débits du fleuve, les variations possibles des débits à l’horizon 2055 sous l’influence des évolutions climatiques et leur éventuel impact sur les usages et les milieux aquatiques liés à l’eau du fleuve. Les débits d’étiage moyens ont déjà diminué de 7 % à la sortie du Léman et de 13 % à Beaucaire, en Camargue. Et les projections climatiques estiment une baisse de l’ordre de 20 % supplémentaires des débits moyens d’été à Beaucaire.

¾   Etude thermique du fleuve Rhône (2016) : Le comportement thermique du fleuve Rhône est étudié depuis d'un siècle. Ces études, initiées par l'Etat, ont permis de caractériser l'augmentation de la température du fleuve et de mieux comprendre l’influence du changement climatique et son impact sur la faune aquatique.

¾    Autres ressources vidéo :

Une journée, des solutions (colloque national) : Entretien avec Laurent Roy de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse

L'eau c'est politique (colloque national) : Intervention de Thomas Pelte de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse

Séminaire Eau & Changement Climatique : Changement climatique et incidences sur les écosystèmes

¾   Le portail "DRIAS les futurs du climat" : Il met à disposition des informations climatiques issues des modèles climatiques régionaux développés ou utilisés dans les principaux centres de recherche français. Il s’agit de paramètres atmosphériques (températures, précipitations…) et indices dérivés (nombre de jours de gel, nombre de jours de vague de chaleur…). Le portail met à disposition également des indices plus intégrés issus de modèles d’impact (indice de sécheresse des sols, indicateurs sur le manteau neigeux). Les informations climatiques sont délivrées sous différentes formes graphiques ou numériques.

Publié le 08/12/2023