Décembre 2014 : peu de précipitations, tendance générale à la baisse

Le mois de décembre 2014 est globalement doux avec des températures moyennes mensuelles de 1°C à 2°C au-dessus des normales. La pluviométrie est modérée avec des cumuls souvent inférieurs à 150 mm. Des précipitations intenses ont néanmoins encore touché le pourtour méditerranéen en début de mois. Le bilan pluviométrique mensuel est déficitaire sur l'ensemble du bassin, de manière plus prononcée sur la moitié sud (moins 50 à 75% des normales). Seule une bande côtière du pourtour méditerranéen, entre Fréjus et Montpellier, présente un bilan excédentaire.

Le début de l’hiver est marqué par un enneigement particulièrement faible sur les Alpes du nord. Il est proche de l’enneigement moyen dans les Alpes du sud.

Le cumul des précipitations depuis le 1er septembre 2014 reste proche de la normale à excédentaire au sud du bassin. Les déficits persistent sur les Alpes du Nord et la région Franche-Comté (moins 25 à 50%).

Ainsi au 1er janvier 2015 :

  • Les débits des cours d'eau du bassin sont globalement en baisse. En région Franche-Comté et sur une grande partie de Rhône-Alpes, l'hydraulicité des cours d'eau est inférieure à la moyenne mensuelle. Le Rhône et la Saône présentent aussi de faibles débits. Sur les régions sud du bassin, les débits des cours d'eau côtiers sont encore élevés en raison des épisodes de pluies intenses survenus en début de mois.
  • Les niveaux des eaux souterraines du bassin restent globalement hauts : ils sont majoritairement supérieurs à la normale, en particulier dans la vallée du Rhône. Les nappes se rechargent sur le pourtour méditerranéen. La tendance est cependant à la baisse sur environ la moitié des nappes, en particulier à l’est du bassin et sur la vallée du Rhône.
  • Le remplissage des retenues du bassin est très élevé : majoritairement supérieur à 75%. Notons néanmoins que la retenue de Chazilly, en Bourgogne, est presque vide (4%) et que celle de Vinça, dans les Pyrénées, a un faible taux de remplissage (40 %).
  • Les sols sont saturés en eau sur la quasi-totalité du bassin.